Pas une minute

Publié le par etoile



Pour s'allonger , fermer les yeux et écouter en rêvant un morceau de musique que l'on aime !

Des rires , de la musique et de la peinture voilà tout ce qu’il me manque en ce moment !
Pas le temps de rien , courir , toujours courir !
Mais après quoi me direz vous ?
La vie , la vie …
Elle manque de poésie  aussi …
Me vient cette phrase :
 
« La poésie doit être le miroir terrestre de la Divinité, et réfléchir, par les couleurs, les sons et les rythmes, toutes les beautés de l’univers.   Madame de Staël »

Mais en attendant que l’avenir s’éclaire  et que le temps ne soit plus une question d’heure et de minute . Mais bien un rythme que l’on a choisi .
Je vous laisse ce poème   en écho à mon billet mais pas du fond de ma pensée .
Car  , je vais le trouver ce temps , pour faire toutes ces choses et aussi venir vous lire .
Belle journée .


L'horloge
Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : "Souviens-toi !"
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible;

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison

Trois mille six cents fois par heure la Seconde
Chuchote: Souviens-toi!- Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde!

Remember! Souviens-toi! Prodigue! Esto memor!
( Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or!

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup! c'est la loi,
Le jour décroît; la nuit augmente; souviens-toi!
La gouffre a toujours soif; la clepsydre se vide,

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encore vierge,
Où le Repentir même ( oh! la dernière auberge! ),
Où tout te dira : Meurs vieux lâche! il est trop tard!

Charles Baudelaire
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sabine 05/03/2009 13:02

que je te comprends... Toujours cette course...
on court on court on court ... et le temps continue sa course sans que l'on n'y puisse rien...
grosses bises et à très vite
h.1.o

Peter Russell 02/03/2009 13:45

J'ai toujous aimé ce poème de Baudelaire. Nous n'avons pas une minute à perdre : ni pour sourire, ni pour aimer.
Nous n'aurons pas le temps de tout faire mais nous le ferons bien.
Gros gros bisous à tous (je te tél très vite).

myriamSaleGosse 28/02/2009 22:58

bonsoir Etoile moi j'ai rajouté plein de photos en musique : photos de qui ? musique de qui ? Il était nommé et c'est Arthur H qui a été nomminé voilà...Belle prestation et quel courage de Cali .... Le bordel aux Victoires de la musique !!! gros bisous

isalil 28/02/2009 22:53

Coucou étoile !
Bel article, joli poème de Baudelaire.
Et puisqu'on parle de poésie, juste un p'tit mot pour te dire que j'ai rajouté pas mal de trucs sur mon blog ;)
Bises à toi et bon dimanche.

magnifiquement belle 28/02/2009 11:13

douces pensées
Si tu as besoin de changer d'air
Tu sais que ma porte t'es ouverte
de gros bisous